AXELLE JAH NJIKE

Administratrice au sein du GAMS (Groupe pour l’Abolition des Mutilations Sexuelles et des mariages forcés). 

@MeMySexeAndI

« Je me définis comme une féministe païenne : mon corps n’est ni IMPUR, ni SALE et encore moins mon clitoris »

  • « Le savoir corporel des femmes est extrêmement pauvre »

 

  • « Tu es lesbienne, donc es vierge ? […] Cette phrase sous entend que le corps des femmes est le trophée des hommes, il a pour vocation de LES faire jouir, pas de NOUS faire jouir »

 

  • « Quasiment toutes les cultures n’ont aucun intérêt à ce que nous sachions nous faire jouir »

 

  • «L’enjeu derrière la mutilation sexuelle : continuer à laisser croire aux hommes que ce qu’ils ont entre les jambes suffit, mais la vérité, c’est que ça ne suffit pas »

 

  • «La France est le seul pays au monde à offrir l’asile politique aux femmes victimes de mutilations sexuelles »

« Quelles sont les motivations de certains médecins pour se diriger vers la gynécologie obstétrique, c’est pas anodin de rentrer dans l’intimité des femmes de cette façon là »

  • « J’espère que tout ce qui s’est passé ces derniers mois (affaire Weinstein) va contribuer à ce que vous soyez la première génération qui va aimer son sexe, au sens propre comme au figuré »

 

  • « Est-ce qu’on pourrait commencer par avoir un dialogue entre mères et filles ? C’est peut-être par ça qu’un autre féminin pourra être instauré »

 

  • « Célébrer ce sexe, développer un érotisme avec soi »

 

  • « 6 fillettes par minutes, 200 millions de femmes dans le monde et 30 millions de fillettes risquent d’y être contraintes dans les 10 prochaines années »

 

  • « Être une femme complète ça ne veut rien dire, si toutes les femmes ne sont pas prises en compte »

 

  • « L’érotisme et la sexualité ne sont pas périphériques à nos luttes, votre sexe est au centre de tout ça »

 

  • « Si on fait ce qu’il faut pour que l’appétence à l’érotisme, au charnel et à la sexualité des filles soit légitime, je vous assure qu’en une génération on renversera le truc ; mais il faut qu’on s’y mette ! »

 

  • «La France est le seul pays au monde à offrir l’asile politique aux femmes victimes de mutilations sexuelles »

HELENE MOURRIER

Designer graphique et militant-e chez OUTrans de 2011 à 2014, association trans radical fondée en 2009 : elle a réalisé 2 livrets FT* MT* du projet  « TRANSformation » qui présentent les modifications chirurgicales actuellement permises ou connues afin de masculiniser ou de féminiser des corps.

http://helenealix.hotglue.me/ 

« Face aux institutions, une personne trans ne sera jamais considérée comme trans si elle s’autodésigne. Une transition n’est reconnue qu’au travers d’un protocole officiel, induisant une prise en charge psychologique, une prise en charge hormonale et une ou plusieurs opérations de « réassignation ». 

Institutions

  • « La transformation physique est toujours sous tutelle et sous surveillance. »

 

  • « Dans le parcours dit officiel, supervisé par la SOFECT, les corps en transition ne peuvent pas avoir confiance ; ils se situent dans des espaces sous surveillance »

Éducation

 

  • « Transsexualité est un terme que nous n’employons plus pour plusieurs raisons. Parce qu’il a été construit par la législation médico-légale et qu’il désigne originellement une maladie mentale. Parce qu’il amalgame dans son étymologie le sexe et la sexualité, et induit également une opération obligatoire et/ou nécessaire pour être « reconnu-e » comme trans. La chirurgie a été construite et est perçue comme une « réassignation » dans le sens où il s’agit de « soigner » une « dysphorie de genre » (« être né-e dans le mauvais corps ») Dans ce sens transsexualisme ne reconnaît pas l’ensemble des transidentités et des panels d’inventions corporels par lequels nous pouvons passer pour nous inventer des corps mutants, puissants et révolutionnaires.

 

 

  • « Les militant-es produisent leurs propres objets, leurs propres outils, qui ont différents espaces de diffusion : à la fois pour les minorités et plus répandues »

« La stratégie DTF (dans ta face) ou stratégie de retournement, d’inversion du stigmate : dire GOUINE, dire PÉDÉ-E c’est dire ‘ouais je suis gouine, je suis pédé-e et je suis fière’, l’empowerment est plus efficace pour se protéger que la bulle »

Se protéger

 

  • « Je conseille de suivre des ateliers d’autodéfense féministe, dans les espaces qui le permettent, puisque personne ne nous a appris à nous défendre.»

« Comment jouit-on ? » Anaïs Bouchard

 

  • « On jouit avec les corps qu’on aime, on jouit avec cette implosion de la catégorie et du genre. »

On va plus loin sur les « discriminations des corps »

 

            Lectures

→ Monique Wittig « Le pensée straight »

→ Elsa Dorlin « Se défendre »

→ https://www.revue-glad.org/230

→ https://outrans.org/ressources/brochures-mtft/

Les Monologues du vagin (1996), Eve Ensler : qualifie les mutilations sexuelles féminines de « solution finale ».

parlonsplaisirfeminin.com  Axelle Jah Njiké milite pour la recherche du plaisir à travers  la promotion d’une littérature sexuellement explicite au féminin.

 

            Film/Doc

→ Girl de Lukas Dhont, sort le 10 octobre 2018 (1h 45min). Dans la section Un Certain Regard du 71ème Festival de Cannes.

→ “Excision, le plaisir interdit”, diffusé sur France 2

 

            Expo

→ TRANSformation: MT*/FT* : SHORTLISTED, Beazley Designs of the Year, Design Museum, Londres, Grande Bretagne, Septembre 2018

 

            Militantisme

→ ARCA-F : association de promotion de l’autodéfense pour les femmes, les lesbiennes et les adolescentes, enseignée par des femmes, pour prévenir les violences sexistes, transmettre des ressources et favoriser le choix et l’autonomie des femmes et des lesbiennes. https://assoarcaf.wordpress.com/arcaf/