Dans le cadre de la réflexion que porte Ceryx sur la question des politiques publiques en matière de sécurité, nous abordons actuellement la question de la politique publique des drogues, et plus particulièrement de la solution d’une éventuelle régulation.

Quelle action dans le domaine ?

Aujourd’hui, la totalité des parties prenantes reconnaissent que le système actuel du droit français, fondé sur la pénalisation de l’usage ne porte pas ses fruits. La loi du 31 décembre 1970 inscrite encore aujourd’hui dans notre droit, les multiples Traités internationaux et l’étonnant conservatisme du monde politique français sur ces questions empêchent le pays de prendre les mesures qui s’imposent.

C’est pourquoi, nous instituons ce projet afin de comprendre les verrous et obstacles à une potentielle dépénalisation, d’essayer de mettre en place quelques éléments essentiels qui pourront servir aux associations du secteur, surtout en matière de réduction des risques ou de prévention.

L’un des enjeux est d’élaborer des éléments de stratégie pour procéder à ce changement de législation. L’association établit donc, jusqu’en juin 2018 une véritable étude comparée sur la manière dont la légalisation et les dépénalisations ont pu avoir lieu dans les pays proches (Espagne et plus précisément la Catalogne, Suisse, Pays-Bas, Allemagne, Norvège et le Portugal). Puis sur une seconde partie de l’année d’interroger, de discuter et de comprendre les problématiques liées à l’apathie française. 

L’objectif de ce projet est néanmoins sanitaire et social. Nous intégrons donc dans notre démarche la publication d’un rapport sur l’amélioration des dispositifs existants (une première version a été rendue publique le 5 décembre dernier), le texte final sera transmis à la Mission Interministérielle de Lutte sur Les Drogues et les Conduites Addictives (MILDECA), un volet spécifique mentionnera la situation de Paris, notamment avec la mise en place du SPOT par l’association AIDES, espace visant à faire de la réduction des risques sur le Chemsexe et le soutien aux CAARUD (Centre d’Accueil et d’Accompagnement à la Réduction des Risques pour Usagers de Drogues) existant dans la région ainsi que plusieurs réflexions sur la mise en place de la Salle de Consommation à Moindre Risque déjà expérimenté par Oppelia.

Au-delà de la réflexion sur les dispositifs d’accueil, ce projet vise à renforcer la connaissance du public à travers des campagnes de sensibilisation sur les dangers des produits stupéfiants, sans être dans une logique paternaliste ou autoritaire. Ainsi, si nous déconseillons l’usage, nous ne voulons pas tomber dans l’écueil qui consisterait à ne prôner que l’abstinence comme seul horizon et à défendre le discours contre-productif « La drogue c’est mal, il ne faut donc pas en consommer ».

Pour suivre ce projet ou y participer, n’hésitez pas à contacter le coordinateur : Béchir Bouderbala qui organise l’agenda du projet global. 

La philosophie qui guide notre action

Le projet se structure selon différentes étapes. L’objectif étant, à terme de proposer des solutions concrètes au mouvement en faveur de la dépénalisation ou de la légalisation des drogues de permettre un changement de législation.

Le projet est mené avec le soutien de différentes personnalités du mouvement en faveur de la régulation de la législation en France. L’idée n’est pas forcément de tendre vers une légalisation pleine et entière mais d’avancer avec des arguments fondés et raisonnés sur le sujet.

Lazare Rusch, Président de Ceryx

Ce projet est soutenu par le réseau des associations Animafac grâce auquel nous avons pu désigner le coordinateur du projet en tant que service civique. La mission est organisée du 15 février au 15 novembre 2018 et visera notamment à organiser et participer aux campagnes de prévention et du réduction des risques. Le coordinateur a vocation à réunir le travail des bénévoles. Découvrir Animafac !

L'état actuel du projet

Recrutement de l'équipe 35%
Compréhension du sujet et lecture des derniers rapports 52%
Organisation d'une conférence introductive (novembre 2017) 100%
Piste 1 : Que fait le gouvernement en France actuellement ? 80%
Piste 2 : Quel moyen a permis la légalisation en Catalogne ? 18%
Piste 3 : Pourquoi la Norvège et le Portugal ont-t-ils dépénalisé l'usage de toutes les drogues ? 25%
Piste 4 : Quelle solution a été choisie par les espagnols ? Pourquoi ? 0%
Piste 5 : Quel modèle de régulation en France ? 10%

Annonce de recrutement

L’équipe recrute encore des personnalités nouvelles. L’enjeu est de construire un projet fondé sur cinq ou six citoyens prêts à la fois à s’engager en proposant des projets, et en capacité d’étudier, d’aller interviewer ou d’interroger les décideurs politiques en Europe notamment.

Les participants doivent être membres à l’association. Ils choisissent avec Lola Gourdon le cadre de leur travail et sont entièrement formés si nécessaires pour participer au projet. Une réunion mensuelle est organisée afin de faire le point sur le projet et de voir les avancées sur chaque piste.

S’inscrire au sein de l’association Ceryx (cotisation annuelle de 14€)

Nos publications sur le sujet

Intoxication des enfants au cannabis : Attention !

A Saint-Etienne le 11 octobre 2015, Blanzac le 13 novembre de la même année, à Lagny-sur-Marne le 5 novembre 2016, à Mans le 10 mars 2017 : Non, il ne s’agit pas de l’enième tournée d’adieux de Charles Aznavour...


Lire la suite

José Mujica : L’homme symbole d’un continent

José Mujica, le président « le plus pauvre du monde », est surtout connu pour la sobriété de son mode de vie, ses prises de position contre le consumérisme et un idéalisme assumé.


Lire la suite