TF1 ou le déni total de démocratie

SOCIÉTÉ █ À l’heure où le vote des Français est à la fois incertain et primordial, Mathieu nous rappelle l’importance du débat et sa force quant à la détermination de la politique de demain quant au renforcement de la cohésion citoyenne et le respect de l’éthique politique.

Une confiance en berne

La confiance qu’accordent les Français à leurs responsables politiques est sans cesse discréditée. Pour cause, les différentes magouilles, les scandales d’enrichissement personnel, les différents conflits d’intérêts, sont tous sources et responsables de l’irrespect du « politique », devenu comme une sorte de « profession ». À croire que les politiques sont devenus “pilleurs d’Etat” pour reprendre le titre du livre de P. Pascot.

En effet, seule une vingtaine de députés était présente pour voter la loi permettant d’interdire à un individu de se présenter si son casier judiciaire B2 n’est pas vierge.

On remarque que le député de Paris, F. Fillon fut l’un des grands absents, se permettant de faire une morale d’équité lors des primaires (cherchez l’erreur…!)

À droite, comme à gauche d’ailleurs, le comportement honteux du ministre J. Cahuzac était tout aussi effarant lorsqu’il aux Français en les regardant dans le blanc des yeux. Il faut réellement que les Français retrouvent une certaine confiance en leurs dirigeants. Cela passe notamment par un respect du vote blanc, qui nécessite d’être reconnu en tant que tel, et permettre d’être réellement signe de protestation.

Les médias en politique : apparition de nouveaux conflits d’intérêts

Dans les dernières révélations politiques de cette semaine, ce qui est le plus affligeant, est le potentiel conflit d’intérêt qu’a dénoncé D. Lempereur, porte-parole de N. Dupont-Aignan.

Selon lui, A. Meaux, conseillère en communication dans l’équipe de campagne de F. Fillon travaillerait également… chez TF1 ! La question de savoir si aucun conflit d’intérêt n’est présent se pose alors. Le pluralisme politique que doit offrir la télévision à ses concitoyens n’est pas en option : c’est une condition nécessaire au bon déroulement de l’élection.

L’éthique en politique doit être la condition ultime, au-delà de toute idée partisane, pour pouvoir participer à une quelconque élection. Pour que les Français retrouvent une confiance en leurs responsables politiques, il faut que ceux-là les respectent. Peut-être faudrait-il arrêter de prendre les Français pour des imbéciles…

De même, le jeu médiatique avec les institutions de sondage discrédite les choix des Français.

À quand un débat où tous les candidats, ayant les 500 parrainages validés par le Conseil Constitutionnel, s’organisera ? Qui commande ces sondages ? Pourquoi entendons-nous toujours les mêmes à  la télévision ? À quand une véritable offre politique à moins de 100 jours des élections ?

Réactions politiques et citoyennes

Heureusement, France 2 TV s’est engagée à inviter tous les candidats ayant rempli ces conditions. Le service public français respecte alors le débat démocratique.

En revanche, la première chaîne privée de France TF1 a décidé d’interdire l’accès au débat, qu’elle organise le 20 mars, pour les candidats à la présidentielle ayant moins de 10 % dans les sondages. Comment cette chaîne peut-elle se permettre d’interdire aux Français de respecter leur choix démocratique ?

Ce déni total de démocratie doit être pris en compte par le CSA, sensé réguler le pluralisme politique.

Par ailleurs, les candidats invités, comme J-L. Mélenchon et M. Le Pen, ont tous les deux dénoncé les agissements anti-démocratiques de la chaîne privée. Leur courage se prouverait s’ils décidaient de compromettre leur participation à ce débat dans le cas où tous les candidats validés par le Conseil Constitutionnel n’étaient pas invités.

Enfin, une pétition populaire a été lancée sur internet et je demande à tous les Français de bon sens, de tout bord politique, sans aucune arrière-pensée partisane, de signer celle-ci. Un candidat n’est pas plus légitime qu’un autre. Il n’existe pas de « petits candidats ».

De quoi ont peur ces politiques qui refusent ce débat ?

Le fait de ne pas avoir de programme ou encore de se discréditer totalement suite à diverses affaires judiciaires, sera révélateur des agissements politiques. Au contraire, débattre permet à tous les candidats de présenter leur projet politique.

Les autres pays européens l’ont fait avant nous : la Grande-Bretagne en est l’exemple parfait : aucun « petit candidat », mais tous candidats ! La France a un grand retard démocratique à rattraper…

Ainsi, à l’heure où le vote des Français est très incertain (plus de 54% des Français ne savent pas pour qui voter), l’organisation de débats démocratiques est primordiale. Il faut que les Français retrouvent confiance en leurs politiques, que les médias respectent, et que l’éthique politique soit le mot d’ordre pour ces élections présidentielles.

Lien de la pétition: http://www.nda-2017.fr/infos-a-la-une/2017-signez-la-petition-pour-un-vrai-debat-democratique-674.html