« Tour de France » avec Depardieu : Pourquoi le film n’est pas vraiment bon ?2 min read

Catégories Cinéma et théâtre, Contributions, Culture

Pour tenter d’avoir un regard clair sur le film nous avons listé indépendamment ses qualités et ses défauts.

5 Qualités

1) L’humour 

Même si le film semble avoir un objectif pédagogique il sait être assez fin et faire preuve de légèreté dans les dialogues.

2) La direction d’acteur

Le jeu est globalement irréprochable alors qu’il y a beaucoup de débutants, dont l’acteur principal (Sadek).

3) Un vrai rappeur

Cela permet une véritable immersion dans son art (qu’on aime ou pas) et une vraie crédibilité de rappeur mélangée à une fragilité et une gentillesse .

4) Depardieu

C’est un génie donc comme d’habitude on s’assoit, on prend des pop-corns et on apprécie l’assurance et la générosité.

5) La réalisation

Assez dynamique et intense sur le plan émotif pour nous tenir en éveil malgré la pauvreté du scénario.

4 Défauts

1) La parodie de rap

C’est pratiquement impossible que Depardieu mette mal à l’aise, cette séquence a réussi la prouesse. On se demande encore l’utilité d’un tel massacre.

2) L’intrigue

Elle est maigre et elle est dans la bande-annonce : un mec veut du mal au rappeur Farouk parce qu’il a refusé un selfie avec lui. (Oui, vous avez bien lu)

3) Les personnages

Ils ont peu de couleur :
Le méchant est juste… méchant. (Il paraît qu’il rappe aussi, mais on ne le voit jamais faire).
La jolie fille avec un frère pas jaloux (ce qui ne manquera pas de déclencher une délicieuse conversation sur les « arabes jaloux parce qu’en fait ils veulent garder du pouvoir sur leur soeur »)

Farouk a à peine plus d’épaisseur et au moins lui on l’entend rapper alors que le vieux bougon est peintre mais on ne voit et on ne parle jamais de ses peintures. (On a un peu d’histoire de l’art à la place)

4) L’objectif idéologique du film

Nous convaincre de ne plus être raciste pour se concentrer sur les inégalités de richesse : on enfonce donc deux portes ouvertes. De toute manière une personne vraiment raciste n’ira jamais voir le film.

Conclusion

C’est un film bien tourné et bien dirigé, mais écrit trop vite. Des bons sentiments ne suffisent pas pour captiver une heure et demie.
Cher Rachid Djaïdani, s’il vous plait, ne soyez ni professeur ni moralisateur puisqu’un cinéma n’est pas une salle de classe. On veut bien un peu de savoir, mais on veut surtout des histoires.